granulé bois DE CHAUFFER ET CLIMATISER

Le granulé de bois

 

La fabrication du granulé

Le granulé de bois est un produit industriel fabriqué à partir de déchets de l’industrie du bois. La plupart des processus de fabrication nécessitent de la sciure sèche pour fabriquer le granulé. Si cette sciure provient de menuiseries ou ébénisteries, elle est juste calibrée avant l’entrée dans la presse. Si elle provient de scierie, une étape de séchage est nécessaire avant l’entrée dans la chaîne de granulation. Cette étape gourmande en énergie peut représenter une consommation équivalente à 30% du pouvoir calorifique final du combustible dans le cas de sciure très humide. Le procédé de granulation consiste à extruder le granulé à travers une matrice sous de très fortes pressions. Le granulé est ensuite refroidi avant d’être conditionné. Cette étape de fabrication consomme l’équivalent de 2 à 3 % du pouvoir calorifique du produit final. Ainsi en incluant le transport des matières premières et du produit fini, le granulé bois est donc un produit qui contient entre 4 et 33% d’énergie grise suivant le degré d’humidité de la matière première. Des procédés de fabrication novateurs permettent de réduire cette quantité d’énergie grise à moins de 20% en utilisant de la sciure humide.

La qualité du granulé

Du fait de la nature variable de la matière première, la fabrication d’un produit de qualité homogène est une réelle gageure. Les défauts de fabrication peuvent avoir des conséquences sur la qualité du granulé. Taux d’humidité : s’il est trop élevé, le PCI du granulé diminue. Pression de compression : si elle est trop faible, le granulé aura du mal à se tenir, il se désagrègera facilement et produira de la sciure lors des manipulations, ce qui peut poser des problèmes lors de la combustion. Si elle est trop élevée, le granulé sera très dur et sa combustion sera modifiée. De plus il aura subi un fort échauffement et peut-être une perte de PCI non négligeable. Matière première : si la matière première contient trop d’écorce, le taux de cendre sera plus élevé, ce qui peut entraîner des problèmes de fonctionnement des chaudières.

Un bon granulé doit être lisse et brillant. Il est généralement de couleur claire s’il provient de résineux. Il peut être plus foncé s’il provient de feuillus. Une teinte trop sombre est due à un échauffement trop important lors de la phase de compression. Le granulé ne doit pas s’effriter trop facilement. En général il subit une étape de dépoussiérage avant la mise en sac ou en camion. S’il n’est pas manipulé cinquante fois, un sac ne devrait pas contenir l’équivalent d’un bol de poussière. Le granulé a une masse volumique de plus de 1100 kg/m3. Si on le met dans un verre d’eau il coule. De plus il ne doit pas se désagréger complétement dans la minute qui suit. La masse volumique apparente du granulé est supérieure à 650 kg/m3. En dessous la compression n’est pas suffisante pour garantir un PCI supérieur à 4500 kWh/t.

La production du granulé est soumise à différentes normes de qualité dans les pays européens. Dans l’attente d’une norme européenne en cours d’élaboration, les références en la matière sont la DIN allemande ou la Önorm autrichienne qui est la plus sévère. En ce qui concerne la France, les producteurs se sont engagés volontairement dans une charte de qualité moins stricte, mais qui garantit une bonne qualité du produit.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site